samedi 20 avril 2019

Global May Day 2019

Global May Day 2019
– 1er mai 2019 –

Chaque année, des gens manifestent et font grève le 1er mai pour commémorer la Journée Internationale des Travailleur-euse-s. Avec l’appel suivant, qui a été initié par plusieurs sections des syndicats de base FAU et IWW, nous voulons inciter les syndicats à lier leurs actions et leurs initiatives pour donner une dimension internationale à la lutte.
Nous, travailleur-euse-s et étudiant-e-s, serons solidaires, parce que nous faisons toutes et tous parti-e-s de la même lutte contre le capital, qu’importe notre lieu de résidence. Les coupes budgétaires dans les services sociaux, les baisse de salaires, les privatisations, la hausse du coût de la vie ou des frais d’inscriptions dans l’éducation sont quelques symptômes qui sont directement liés au système économique mondial. Un système qui est basé sur l’exploitation et la concurrence et qui pousse à la marchandisation de tous les aspects de nos vies.
La course à la performance est dangereuse, que ce soit sur le lieu de travail, à l’université ou à l’école, d’autant plus qu’elle s’accroit constamment. La logique de l’économie de marché et l’Etat-Nation qui lui est accolé ordonnent une adaptation à tout prix à la compétitivité et au profit, au mépris du développement de moyens d’émancipation.
Nous ne voulons pas simplement perturber le capitalisme, nous voulons le vaincre.
Vu la nature internationale du système capitaliste, il est nécessaire pour les travailleur-euse-s de s’unir au niveau mondial. En créant nos réseaux au-delà des frontières, les interconnections mondiales qui définissent nos conditions locales peuvent devenir visible. De plus, cela ouvre de nouvelles potentialités et de nouveaux objectifs à notre action contre l’exploitation ainsi que le travail et les conditions de vie précaires. Le pouvoir de négociation des travailleurs et travailleuses augmenterait significativement si nous nous unissions dans les mêmes unités économiques. Il suffit d’imaginer quelles différences cela aurait fait si les mineurs grévistes de Marikana en Afrique du Sud et les travailleur-euse-s de l’industrie chimique de BASF en Allemagne se seraient organisé-e-s et uni-e-s dans leur lutte, étant donné que BASF est le premier acheteur des ressources extraites par les mineurs. De tels liens aurait pu changer voire prévenir le massacre de 2012.
Les travailleurs et travailleuses du textiles au Sri Lanka (qui produisent des vêtements pour le groupe H&M) qui se sont battu-e-s le 27 novembre 2018 pour un salaire qui leur permette de vivre dignement. Le même jour, des groupes en Europe et aux Etats-Unis ont organisés des actions de solidarité devant les magasins H&M. Cela montre que la pression peut être générée par un réseau de groupes au sein d’une même filière de production, de celles et ceux qui produisent le vêtement jusqu’à celles et ceux qui travaillent dans un magasins, mais aussi par les client-e-s du magasin.
La même logique s’applique aux grèves à Amazon : par exemple le syndicat Ver.di a appelé à la grève en 2016 dans les centres logistiques d’Allemagne. Depuis, les centres logistiques en Pologne servaient d’entrepôts-secours pour casser la grève. Le syndicat polonais IP a donc organisé des actions de solidarité. Actuellement, des groupes d’action se forment dans les centres Amazon à travers le monde, créant un réseau de plus en plus dense.
Enfin, les travailleurs et travailleuses informatiques résistent aux conditions de travail précaires et s’organisent au-delà des frontières. Par exemple, nous voulons montrer l’initiative du syndicat Game Workers Unite! et mentionner le débrayage des travailleur-euse-s de Google, qui a été suivi par des dizaines de milliers de personnes dans 50 villes à travers le monde en novembre dernier.
Avec un 1er mai coordonné à l’échelle internationale nous espérons réaliser un objectif collectif d’amélioration de la vie, en développant nos réseaux et en construisant la solidarité internationale. Nous insistons sur la lutte commune et la résistance au chacun.e pour soi, particulièrement dans ces temps de nationalisme et de racisme exacerbés.
Pour une meilleure vie pour toutes et tous, à travers les frontières!
#1world1struggle
 site source

samedi 23 mars 2019

Causerie populaire "Quel sens donner au travail ?" autour de la pensée de David Graeber


Mercredi 3 Avril – 20H30 - local La Commune



Le groupe La Sociale de la Fédération Anarchiste organise une causerie populaire sur le thème "Quel sens donner au travail ?" autour de la pensée de David Graeber.

Heureux(-se) ou épanoui(e) au travail ? Si oui, vous avez beaucoup de chances et vous faites partie d’une minorité ; si non, vous êtes dans la grosse majorité qui occupe un emploi à la con (bullshit job), un emploi en cours de bullshitisation ou un emploi de merde… Mais qu’est-ce que c’est que cette typologie te demandes-tu ?

Si tu es curieux d’en savoir plus, viens le Mercredi 3 avril pour discuter de cette question, soulevée par David Graeber, anthropologue anarchiste de langue anglaise et militant de Occupy Wall Street.

Il a écrit plusieurs articles et ouvrages qui tendent à secouer certains a priori néfastes de nos sociétés, dont dernièrement, le joliment titré « Bullshit Jobs ».

Cette causerie sera l’occasion d’expliciter la théorie développée par D. Graeber et de la mettre à l’épreuve de notre quotidien !

David Graeber est un théoricien anarchiste d’origine nord-américaine qui a édité entre autre, en français,
  • Bureaucratie, l’utopie des règles
  • Dette : 5000 ans d’histoire
  • Pour une anthropologie anarchiste

Au plaisir de te voir et à t’entendre, ce mercredi 3 avril à 20h30 au local La Commune.


vendredi 1 mars 2019

Mercredi 6 Mars - 20 heures - Isabelle Attard: de la députation à l'éco-anarchisme

Isabelle Attard: de la députation à l'éco-anarchisme
Mercredi 6 Mars - 20 heures - local la commune

Isabelle Attard https://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Attard fut Archéozoologue, Directrice de Musée, Membre d’Europe Ecologie Les Verts, députée du calvados (2012-2017), puis co-présidente du parti Nouvelle Donne qu’elle quitte en 2015. Comme députée elle se prononce entre autre contre la prolongation de l’Etat d’urgence et des frappes aériennes en Syrie. Elle se définit aujourd’hui comme éco-anarchiste et viendra parler d’écologie, décroissance libertaire….

Isabelle abordera les thèmes d'écologie sociale, écoanarchisme, de féminisme et d'effondrement qui sont pour elle indissociables.

mardi 26 février 2019

Gaetano Manfredonia "Persistance et actualité des idées et des pratiques libertaires"


Le Samedi 2 Mars à 18h30 le groupe la sociale de la fédération anarchiste accueille notre  compagnon Gaetano Manfredonia au local la commune

Historien, Chercheur et militant anarchiste, auteur de « anarchisme et changements social » et « Histoire mondiale de l’anarchie » http://www.lcp.fr/videos/reportages/164400-l-histoire-mondiale-de-l-anarchie , participant au documentaire Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme » https://fr.wikipedia.org/wiki/Ni_dieu_ni_ma%C3%AEtre,_une_histoire_de_l%E2%80%99anarchisme , il parlera de sa vision moderniste théorique de l’anarchisme social

Gaetano interviendra sur le thème suivant : Persistance et actualité des idées et des pratiques libertaires

"L’implantation de l’anarchisme apparaît inégale tant dans l’espace que dans le temps. Ce n’est que dans quelques pays ou dans des circonstances historiques particulières, comme en Ukraine en 1918-1921 ou bien en Espagne pendant la guerre civile de 1936-1939, que les anarchistes ont été en mesure de faire prévaloir durablement leurs vues.
L’anarchisme pourtant a su s’adapter à des contextes sociaux- économiques et culturels très différents. Aujourd’hui encore ses revendications restent d’actualité car ce qui fait sa force, c’est tout autant la globalité de son projet – qui vise l’émancipation aussi bien des producteurs que des individus – que la pratique de l’action directe comme moyen de lutte et de résistance face aux pouvoirs politiques, économiques et religieux".

mardi 5 février 2019

Atelier d'autodéfense numérique sam. 9 février


Ce samedi 9 février à 14h au local La Commune aura lieu un atelier d'autodéfense numérique visant à sensibiliser et outiller le grand public comme les utilisateurs plus avancés de pratiques (et un peu de théories aussi) de protection des libertés individuelles et collectives sur internet.

Lors de cet atelier coopératif, nous ferons une brève présentation des enjeux et des risques pour les libertés individuelles et collectives de l'utilisation des outils numériques, notamment les risques de flicage numérique. Puis nous ferons des initiations à des techniques de protection pour promouvoir nos libertés numériques telles que : le chiffrement (parfois appelé cryptage) des emails avec PGP, l'amélioration du respect de votre vie privée en navigation web, la gestion facile des mots de passe, …

Prévoir si possible un ordinateur portable et une clef USB vide (taille mini 8 Go). Du matériel sera néanmoins mis à disposition.

mercredi 16 janvier 2019

Cinq ans de métro - Lecture-concert de Fred Alpi

Samedi 2 février, nous accueillerons Fred Alpi à La Commune, de 18h30 à 20h, pour une lecture d'extraits de son livre "Cinq ans de métro" et un concert, tous deux à prix libre (pour le partage de la prise en charge des frais de déplacement, de Fred).


Si le cœur vous en dit, vous pourrez acquérir le livre, voire même vous le faire dédicacer.

Couverture du bouquin
Sorti le 3 mai 2018 au éditions Libertalia, Fred Alpi dit de "Cinq ans de métro" qu'il est un "roman, à caractère autobiographique, [qui] s’inspire de mon expérience de cinq années passées à chanter dans le métro à Paris. Tout ce qui y est raconté n’est donc pas vrai, ou ne s’est pas passé exactement comme cela est relaté, ou au même moment. Pourtant, tout n’y est pas faux, loin de là, et les reflets blafards des néons qui ont éclairé cette époque nous illuminent encore aujourd’hui.
En 1989, Fred Alpi arrive à Paris après avoir passé plusieurs années à Berlin. Sans le sou, il trouve un poste dans une agence de communication. Très vite, il démissionne, et, pour assurer le loyer, prend sa guitare et descend dans le métro.
En 17 chapitres, qui portent tous le titre d’une chanson de Brel, Dutronc, Piaf, etc., Fred Alpi nous entraîne dans les méandres du métro de Paris, où il côtoie une multitude d’êtres hors norme. Une série d’histoires et d’anecdotes qui reflètent le monde tel qu’il va, avec sa dose de sexisme, de racisme, de solidarité parfois, de rire et de tristesse.
À travers ce roman d’apprentissage, l’auteur nous livre le récit d’une vie trépidante sous terre, avec une bonne dose d’humour, d’analyse et d’espoir.
"




Si vous désirez partager ces informations sur Facebook, il y a cet événement : https://www.facebook.com/events/2308240275866218/

vendredi 4 janvier 2019

Causerie populaire : Partage autour du livre "Une Histoire Populaire de la France"


Mercredi 9 janvier prochain, un camarade du groupe nous parlera du livre "Une histoire populaire de la France, de la guerre de Cent Ans à nos jours" sorti fin 2018 aux éditions Agone :

Son auteur, Gérard Noiriel, présente ce livre comme faisant état des rapports entre les dominés et les dominants. Mais c'est aussi une évocation de la façon dont chacun des détenteurs des pouvoirs politique, économique, philosophique, ... prennent ou conservent ces pouvoirs. L’auteur aborde l’étude de l’Histoire en prenant en compte d'autres disciplines des sciences sociales, comme la sociologie ou l'économie.
Un livre pour décrypter la dialectique des relations à distance entre les dominants/dominés.
Cet ouvrage aborde également la question de la fabrique du roman national, pour justifier les colonisations, la lutte contre les langues régionales, la fabrication de la race.

Ce livre sera présenté à la causerie populaire du mercredi 9 janvier, à 20H30 au local, La Commune.
L’objectif est bien entendu d’avoir un débat autour de cette lecture et des sujets inspirés par le livre.